Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 08:10

A la recherche d'Ana María Martínez Sagi 


Dans un livre d’entretiens datant des années 30, un écrivain en herbe découvre une certaine Ana María Martínez Sagi, « poétesse, syndicaliste et vierge du stade », qui attire son attention, éveille en lui un intérêt croissant et devient peu à peu une véritable obsession. Aidé de Tabares, un libraire anarchiste et de Jimena, rencontrée à la foire du livre ancien de Madrid, le jeune écrivain se transforme en détective.
L’apparition de documents tombés dans l’oubli, les témoignages de ceux qui ont lu Ana María, révèlent aux trois enquêteurs l’existence d’une femme exceptionnelle, qui cultiva la poésie et le sport, travailla comme correspondant de guerre, s'engagea du côté de la République espagnole puis de la Résistance française, fut une pionnière de l'émancipation des femmes.



 Avec ce livre qui superpose roman, biographie, essai littéraire,
poésie, réalité et fiction,

Juan Manuel de Prada nous entraîne dans une enquête insolite,
et fait surgir sous sa prose éblouissante, le fantôme d’une poétesse oubliée.





"... Soledad était chargée de m'élever et de prendre soin de moi...... Quand je prenais peur parce que les rideaux des portes-fenêtres se mettaient à bouger ....Soledad me prenait par la main et m'affirmait que ces mouvements étaient produits par les ailes de mon ange gardien qui se posait sur le balcon pour me protéger de tout danger......Elle possédait la sagesse magique et infuse des gens de la campagne. Elle savait es tas de choses extraordinaires que personne d'autre ne connaissait...... Gâce à elle, j'ai su que les gouttes de résine qui coulent le long du tronc des pins sont les larmes que l'arbre verse quand on lui coupe une branche, et que le saule s'incline vers la terre parce que c'est un vaniteux qui cherche l'eau pour pouvoir s'y mirer. Grâce à Soledad, j'ai su que les étoiles sont les lampes que Dieu allume pour que les justes trouvent le chemin du ciel, et que quand il y a des nuages, des coups de tonnerre, des éclairs, c'est parce que Dieu fait sentir sa colère à l'humanité pécheresse, en la laissant dans les ténèbres.  Grâce à Soledad,  j'ai su que la coccinelle s'étant plainte de sa laideur et de son insignifiance à la Vierge, celle-ci, qui était en train de peindre les ailes des papillons, lui a aspergé, magnanime, la carapace de petits points noirs.....  Grâce à Soledad, j'ai appris que sous le masque de la réalité palpite la poésie, cette autre réalité, plus lumineuse et concluante."



"Mais écrire de la poésie ne veut pas seulement dire s'évader de la réalité. Ecrire de la poésie, c'est atteindre et dépasser les sommets de l'angoisse, s'enlacer à la solitude, s'enfoncer dans des labyrinthes tourmentés pour entrer dans un monde de lumière ténébreuse, un monde d'inquiétude et de lutte, mais aussi de libération, auquel on accède après bien des efforts..... Les chemins que le poète parcourt, accompagné de son ange ou de son démon, ou des deux à la fois, l'éloignent souvent des chemins réels.. La vérité de la vie est faite de fantaisie et d'évocation. Le rêve et le souvenir s'entrecroisent pour former une trame indiscernable qui nous restitue des visages, des émotions et des paysages évanouis, en même temps qu'elle transfigure la réalité..."




Repost 0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 22:06


 Cent ans de solitude
Seuil/Points, 1995

Ce livre est un véritable chef-d'oeuvre.

Il est considéré comme une œuvre maîtresse de la littérature hispano-américaine.


C'est l'histoire d'une famille fondatrice d'un village et leur épopée sur un siècle

où le réel se marie avec l'irréel...

C'est aussi 100 ans d'histoire de la Colombie à travers cette famille.


un roman captivant, riche en émotions, en événements,

 un style très fantaisiste, 



"Il lui avait fallu violer tous ses pactes avec la mort, et se vauter comme un porc dans le fumier de la gloire, pour découvrir avec près de quarante ans de retard tous les privilèges de la simplicité. "


"Etourdi par deux nostalgies qui se faisaient face comme des miroirs parallèles, il perdit son merveilleux sens de l'irréalité, au point qu'il finit  par leur recommander à tous de quitter Macondo, d'oublier tout ce qu'il leur avait enseigné sur le monde et le coeur humain, d'envoyer chier Horace, et, en quelque endroit qu'ils fussent, de toujours se rappeler que le passé n'était que mensonge, que la mémoire ne comportait pas de chemins de retour, que tout printemps révolu était irrécupérable et que l'amour le plus fou, le plus persistant, n'était de toute manière qu'une vérité de passade."



Repost 0
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 00:52


Prix Femina Roman étranger 2007



La famille Melrose est en péril. Patrick, la petite quarantaine, se sent délaissé par sa femme Mary, depuis la naissance de leur second enfant. Celle-ci, bien décidée à ne pas commettre les mêmes erreurs que sa mère, s'occupe en effet exclusivement de ses deux fils, Robert et Thomas, et a chassé son mari de son lit. Parallèlement, la mère de Patrick, Eleanor, victime d'une attaque qui l'a laissée à moitié paralysée, se laisse convaincre par un pseudo-gourou de léguer toute sa fortune et sa propriété du sud de la France à une fondation New Age....


Un livre touchant et drôle

Alternant différents points de vue,
il examine les rapports difficiles
entre parents et enfants,
maris et femmes,
le poids de l’hérédité
qui entrave cette famille.........


Repost 0
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 23:54

   Premier tome d'une série ....


   Ben Holiday, brillant avocat de Chicago, feuillette le catalogue de vente d'un grand magasin, une  annonce retient son attention : un royaume magique est mis en vente .

Croyant d'abord à une blague, Ben sera néanmoins tenté par l'expérience et va ainsi devenir le nouveau roi de Landover.

Ce n’est qu’après qu’il découvre que la pub avait soigneusement négligé de mentionner certains détails: les sujets refusent de lui prêter allégeance, la magie dépérit et des êtres maléfiques n'attendent que de lui faire la peau. .......



Terry Brooks a commencé à publier en 1977, il est l'héritier de Tolkien.

Ses romans sont des best-sellers.




la vie du Roi de Landover

n'est pas de tout repos.......magie, humour... amour...


 livre idéal pour se détendre ....... captivant.......

plein d'aventures, de personnages incroyables......


"La peur revêt bien des costumes,

avaient averti les fées.

Il faut apprendre à les reconnaitre."


"Les réponses dont tu as besoin sont en toi"


 

Repost 0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 23:05
Publié en 2001,
ce livre est devenu un best-seller mondial.

PRIX DU MEILLEUR LIVRE ÉTRANGER 2004
PRIX DES LIBRAIRES 2005

Carlos Ruiz Zafón, né à Barcelone en 1964,
vit aujourd'hui à Los Angeles.
 Il a écrit son premier roman (cinq cents pages)
à 14 ans.

Le roman débute à Barcelone en 1945. Daniel Sempere, le narrateur, a 10 ans. Il est emmené par son père dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés un étrange rituel se transmet de génération en génération . Il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers et s'engager à le défendre tout au long de sa vie. Au hasard, Daniel choisit "L'Ombre du vent", écrit par un certain Julian Carax. Ce livre va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans une histoire captivante, pleine de secrets, d'angoisse, de cruauté, d'amitié, d'amour.
un  pavé de 525 pages...magnifique....fascinant....captivant....que l'on a du mal à abandonner en cours de lecture.....une atmosphère envoûtante........ des mystères et des rebondissements, des personnages fabuleux et complexes, des amours impossibles.....

"L'argent agit comme n'importe quel virus: après avoir pourri l'âme de celui qu'il héberge, il part à la recherche de sang frais."
"Avec le temps, vous verrez que parfois, ce qui compte, ce n’est pas ce qu’on a, mais ce à quoi on renonce."

"Le sot parle, le lâche se tait, le sage écoute"
"Bea prétend que l'art de la lecture  ......c’est un rituel intime, qu’un livre est un miroir où nous trouvons seulement ce que nous portons déjà en nous, que lire est engager son esprit et son âme, des biens qui se font de plus en plus rares."

 

Repost 0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 00:07
      
Les Cerfs-volants de Kaboul 

Khaled HOSSEINI

Image Hosted by ImageShack.us

Les Cerfs-volants de Kaboul 
est le premier roman 
de l'Américain d'origine afghane Khaled Hosseini,
il est paru en 2003 aux États-Unis.

    De Kaboul à San Francisco, des années 70 à nos jours, une déchirante histoire d'amitié entre  Amir fils d'un riche commerçant et Hassan fils du serviteur qui partagent la même passion pour les cerfs-volants,avec, en arrière-plan, la chronique tourmentée d'un pays dévasté : l'Afghanistan.
 
    L'auteur jette un regard à la fois attendri et critique sur son pays d'origine : ses coutumes, la  religion ....le contraste entre une époque dorée et les bouleversements subis à partir de  l'occupation russe, la prise de pouvoir des talibans ...

 Ce roman s'est vu décerner en Mai 2006 le Grand Prix des lectrices de ELLE dans la catégorie roman.


Ne souhaitant pas trop en dévoiler,
je ne peux que vous conseiller de lire ce formidable roman.


" Il me retourna mon sourire. À cette différence près que le sien ne paraissait pas forcé.
    -je sais, avoua-t-il.
Tel est le problème avec ceux qui ne s'expriment jamais qu'en toute franchise: ils sont persuadés que chacun agit comme eux."

"Cette invocation n'avait pourtant pas le même accent de sincérité venant de moi. C'était toujours la même chose avec Hassan. Il était si pur qu'on se sentait constamment hypocrite à côté de lui."

" C'est dur à admettre, avait-il ajouté, mais il vaut mieux être bléssé par la vérité que réconforté par un mensonge"




Image Hosted by ImageShack.us

 

Repost 0
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 00:00
          un livre de circonstance????!!!.....


 Image Hosted by ImageShack.us
         texte: Isabelle Téchoueyres
                                                 illustrations: Zelda Zonk
                                                rédactrice: Marie-Josée Brochard


 
Un florilège de mots colorés et expressions savoureuses du français et de la francophonie ....
certains témoignent d'un monde passé, de coutumes oubliées,          
d'autres ont un goût d'enfance
ou de voyage lointain....
 


"Pas de salade sans assaisonnement, qu'on appelle aciment dans le Poitou et meurotte dans les Vosges et en Lorraine. En Normandie, on va dire affaiter ou ensaucer lorsqu'il s'agit de verser la sauce, mais on préfère ammarrer dans la Manche. ..."
                                                     
"Le maître de maison présidait le repas en commençant par essuyer sa lame de couteau à la miche de pain. Dans certaines campagnes ( Périgord), on traçait une croix avec la lame du couteau pour bénir le pain, avant de l'entamer...."


ce ravissant petit livre est composé et rédigé par la soeur d'une amie. Il fait partie d'une série de 3, les autres étant consacrés aux mots du Boire et aux mots des Jeux.

 


Faire ripaille:
Selon certains historiens et la tradition orale, cette expression proviendrait du Château de Ripaille à Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie, elle est couramment attibuée à Voltaire. 

En 1434, Amédée VIII, premier Duc de Savoie et futur pape, construisit le Château de Ripaille. Quoique conçu comme une retraite religieuse pour grands seigneurs, Ripaille fut au centre de la très brillante civilisation que connaissait la Savoie de cette époque, alors un important état européen. En particulier de fameux écrivains, musiciens et miniaturistes y rencontraient des princes, des rois et même un empereur, se restaurant avec les succulentes recettes de Maître Chiquart, cuisinier d'Amédée VIII, et buvant déjà du vin de Ripaille.



ici les mots de la table.....
                             là les arts de la table version designer en résidence
Repost 0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 01:18











inspirée par NatduVénéz , j'ai relu Le Petit Prince de St Exupéry ....et deux fois à la suite...dire que je ne l'avais pas aimé dans ma jeunesse???....
Les dessins de l'auteur, simples et d'un style un peu naïf, sont très beaux...

texte et dessins ici



PS: désolée, je ne sais pas faire de jolis liens comme vous, quel est le secret?
Repost 0
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 18:33
Le LOUP
qui avait peur
de TOUT

Ann Rocard
Christophe Merlin

nathan poche 6-8 ans

Un loup aux grandes dents et aux oreilles velues, c'est forcément effrayant!
Garou-Garou, lui a peur des serpents, des araignées, des escargots, et surtout du noir...
Aura-t-il peur aussi de Noémie? 





un des livres préférés de ma fille dans son enfance...nous l'avions prêté, il n'est jamais revenu....

il y a 2 ans, ayant aperçu une réédition ...... nostalgie oblige.......qu'ai-je fait???....
...je l'ai acheté.......
Repost 0
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 02:41


Regarde qui veut passer son samedi après-midi avec son papa.



source:   
The New Yorker
l'Intégrale Des Dessins
Robert Mankoff. Jean-Louis Chiflet
Les Arènes
Repost 0